• Manger pimenter assurerait la longévité

    Manger pimenter assurerait la longévité

     

     

     

         

     

    Consommer de la nourriture pimentée tous les jours permettrait de vivre plus longtemps, révèle une nouvelle étude scientifique.

     

    Mettez du piment dans votre vie et vous vivrez plus longtemps. En plus de relever un plat et de lui donner un parfum d’ailleurs, les épices accentueraient la longévité. Une étude réalisée par des chercheurs chinois et publiée par la revue britannique BMJ a en effet révélé que grâce à la consommation quotidienne de nourriture pimentée, un être humain pourrait vivre plus longtemps. Il diminuerait ainsi le risque de développer un cancer ou des maladies coronariennes et respiratoires.

     

    Le pouvoir de la capsaïcine
    Cette conclusion est sortie après que des scientifiques ont suivi 199 293 hommes et 288 082 femmes âgés de 30 à 79 ans, soit près de 500 000 personnes, entre 2004 et 2013. Avant le début de l’étude, aucun des participants ne développait un cancer ou des problèmes cardiovasculaires. Les bienfaits de la nourriture pimentée se sont manifestés aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Cependant, le degré d’importance est plus élevé chez ceux qui mangent épicés et qui ne boivent pas d’alcool. La capsaïcine, principal composant du piment y jouerait un grand rôle. Celle-ci pourrait en effet avoir des effets anti-obésité, antioxydant et anti-cancer et anti-inflammatoire.

     

    Piment et décès
    Bonne nouvelle, les personnes qui consomment une nourriture épicée presque tous les jours ont moins de 14% de chance de décéder que celles qui mangent épicé moins d’une fois par semaine. Questionnés par BMJ, les chercheurs ont expliqué que "l’analyse a montré une corrélation inverse entre la consommation de nourriture épicée et la mortalité globale ainsi qu’avec certaines cause de décès (cancers, maladies coronariennes et maladies respiratoires)."

     

    Vers de nouvelles études ?
    Toutefois, le Dr Nita Forouhi, experte en nutrition et épidémiologie à l’Université de Cambridge, a émis des réserves. "On ne sait pas si les corrélations observées sont le résultat direct de la consommation de piment ou bien découlent simplement d’autres éléments positifs dans l’alimentation qui n’ont pas été mesurés", commente-t-elle (propos rapportés par Metro News). La spécialiste a poursuivi en disant que les résultats s’expliqueraient par ailleurs par un possible rapport avec la consommation en grande quantité des boissons telles que l’eau et le thé par ceux qui mangent plus de piment.

    De nouvelles études doivent être menées pour déterminer si la consommation d’aliments épicés améliorerait la santé et réduirait directement la mortalité ou si la longévité est en rapport avec d’autres habitudes alimentaires et styles de vie.

    « Le banian, arbre des poètes...Saint-Leu: "Satan m'a ordonné de brûler l'église" »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :